Le parler provençal

 

Ma langue maternelle, c'est le patois gavot : un mélange de provençal pimenté d'expressions typiques du terroir de Fuveau, le tout agrémenté d'une grosse dose d'emprunt au vocabulaire italien. C'est le dialecte que pratiquaient tacitement les ouvriers de la ferme dans l'immédiat après-guerre. Je comprends, lis et parle presque couramment la lengo nostro mais le manque de pratique se fait ressentir cependant s'il fallait jouer au pied-levé n'importe quel rôle non chanté de la pastorale Maurel, j'en serais encore capable.

 

Retour au sommaire        Retour à la page de garde du site