Travaux agricoles

Retour au sommaire

Devant l'abondance des documents photographiques sur les travaux agricoles d'antan, nous ouvrons cette page de photos qui regroupera ce que tout un chacun voudra bien y mettre avec commentaires si possible bien sûr. Ne manquez pas la truculente anecdote du bas de la page !

Marius sur L'Aire.jpg (667272 octets)

Le foulage du blé. Pour fouler les gerbes, le cheval tournait autour d'un axe , il était attelé à une lourde pierre taillée qui elle même tournait : la pierre "cauco", du verbe cauca, en provençal fouler.
Ces pierres sont maintenant souvent utilisées comme décor aux entrées de propriétés.

Miu aire de Noële.jpg (45266 octets)

On foule sous un autre angle.

P1010012.JPG (69509 octets)

Ici la sympathique utilisation des anciennes pierres cauco comme décor à l'entrée d'une proprièté, en l'occurence,  Raoul Malet, plusieurs générations d'agriculteurs avant et après lui.

Attelage 6cv R2.jpg (148763 octets)

Dans les années 30, cet attelage de cinq chevaux particulièrement râblés est dirigé de main experte par Joseph Ferretti dit "Jèpi".
Un labourage profond va être excuté sur la propriété Roche, RD96, juste avant le pont sur l'Arc dit Pont de Bachasson.

Batteuse-3 1938-.JPG (69451 octets)

Ouvriéres Pépé.jpg (139067 octets)

Voici, dans les années 30, une équipe de femmes. Elles étaient embauchées à la journée en fonction des besoins des agriculteurs, ici, elles s'apprètent à piocher. Nous sommes en ces temps où les desherbants chimiques étaient loin d'être monnaie courante. Les plus vaillantes à la tâche privilégiaient les manches (de pioche) courts pour plus de précision dans le travail.
Une anecdote : il fallait respecter une certaine cadence et pour cela, elles ne portaient pas de culotte. SI un besoin naturel se faisait impérieux, elles écartaient simplement les jambes et laissaient faire la nature.

versasoie2bis.jpg (279544 octets)
Un peu à l'instar des perles, voici un travail d'appoint à ranger dans les travaux agricoles : l'élevage des vers à soie qui nécessitait énormément de temps car ces petites bêtes se nourrissaient exclusivement de feuilles de mûriers et en dévoraient quotidiennement des quantités impressionnantes. Ici, dans les années 40, Andrée Silvy à l'œuvre.
Magnanarelles1 RR.jpg (129559 octets)

Et sur ce cliché où ces dames vaquent au triage des cocons, on reconnaîtra Andrée Silvy (Roubaud), Mathilde Capus (Nouveau), Anna Roubaud, Marinette Burle (Demonteau), Mimi Rabasse (Moustier), Jeannette Jourdan (Coulomb), Jean Honorat.

 

Une question ? jfber.fuveau@wanadoo.fr