Faire des perles à Fuveau

Retour au sommaire

Pour en savoir encore plus sur les perles de Fuveau, vous pouvez acheter ce livre. Cliquez.

 


Sur cette photo, Madame SACCHI (mère d'Hannibal SACCHI), Juliette GREGOIRE, la future Madame Joseph MARTIN dont le mari fut longtemps deuxième adjoint d'Alexandre PHILIP et Madame MOURON dite Maria de Polidore font des perles devant la chapelle Saint-Roch.

Explication de texte

Quand Fernandel, dans sa célèbre interprétation de Félicie chante "La rosée faisait des perles, Félicie aussi", cela mérite pour beaucoup un éclaircissement. Pendant une large première moitié du siècle dernier, l'une des activités fuvelaines réservée aux femmes et éventuellement aux enfants et pouvant rapporter quelque argent était l'enfilage des perles. On appelait cela faire des perles. Le travail consistait dans un premier temps à remplir de perles un plat creux qui pouvait tourner autour d'un axe et en utiliser la petite force centrifuge pour enfiler des perles sur du fil de fer fin dont on avait au préalable crocheté l'embout  A partir de ces longueurs garnies de perles, il fallait confectionner des fleurs ou des feuilles selon la demande. Des négociants marseillais venaient régulièrement en prendre livraison et les assemblaient pour fabriquer des couronnes mortuaires. Le village était connu pour cette spécialité. Dans les années 50, le dernier correspondant et ramasseur du village fut Paul Coulomb du Jas de Bassas (décédé le 13/02/2007)

Et voici le résultat avant livraison chez le fabricant de couronnes.


/

/

)
 
Photo aimablement confiée par Madame Auburtin.

perles fleur.jpg (30752 octets)
Ci-dessus le véritable travail des fuvelaines avant livraison au fabricant de couronnes.
Ces fleurs,  confiées récemment par une famille de Fuveau n'ont en rien subi l'outrage du temps.
Elles feront désormais partie du petit musée virtuel.

 

  

Ci-dessous, en cliquant sur les petites photos, vous les obtiendrez en grand format.

   
Il s'agit des derniers restes d'objets en perles, trouvés dans le cimetière de Fuveau en 2006. Ces objets sont si usés par le temps qu'ils s'effritent au moindre toucher.
Une question ? jfber.fuveau@wanadoo.fr

L'air que vous entendez est un peu "l'hymne national" de Fuveau. "Lei Fuvelenco", musique Constant Chayne, paroles Eugène LONG. 

Retour à la page de garde du site