Une signature maçonnique ?

 

Retour au sommaire

Retour aux anecdotes

 

Dans le registre parroissial pour les années 1728 et suivantes, ont compte par dizaines les signatures du prêtre Coulon qui exercait son ministère à Fuveau. Une observation attentive desdites signatures amène à se poser des questions. Nous sommes en plein Siècle des Lumières : notre curé était-il franc-maçon ? Nous avons posé la question à des historiens, spécialistes de cette époque et voici ci-dessous la réponse obtenue qui résume toutes les autres.

 

La signature qu'il appose au bas du serment comporte le signe de reconnaissance que l'on trouve sur beaucoup d'actes de cette période, celui des francs-maçons, deux traits pour les deux colonnes du Temple et trois points pour le passé, le présent et l'avenir.

Quant au signe JM ou SM situé au dessous à gauche, il pourrait s'agir des initiales de la Loge : Jeunesse Maçonnique ou Solidarité Maçonnique ?

 

Ces signatures sont consultables sur internet dans la rubrique état-civil des Archives13.