Chimie, alchimie ou palimpseste?

Retour au sommaire

  Nous sommes à l'angle de la rue de la République  -  la Grand'rue - et de la rue Cachichi juste à gauche de la Caisse d'Épargne et voici une enseigne chargée d'histoire. Les occupants de ce local ont successivement peint leur enseigne à même le crépi au cours du siècle dernier et le résultat aujourd'hui est surprenant. Par chimie ou alchimie on peut distinguer d'abord la plus ancienne : BOULANGERIE avec en-dessous M. NEGREL peint en lettres droites aux alentours de 1902, puis une deuxième enseigne BOULANGERIE peinte en lettres plus fantaisie par le fameux boulanger Cachichi (voir son histoire dans la rubrique anecdotes) et la plus récente qui a néanmoins plus de quarante ans c'est CFTC puisque ce local a servi de bureau à ce syndicat à partir des années cinquante.


Autre phénomène identique à observer cette fois à l'angle rue du 4 septembre et rue du Jeu de boules, après passage de plusieurs couches de peinture sur le crépi, c'est une pub d'un autre âge qui ressort: meubles, parapluies, maroquinerie, quincaillerie. Un peu plus difficile à distinguer, au-dessus, le mot quincaillerie également peint dans des temps encore plus anciens.

On notera aussi des restes de vieilles enseignes au-dessus du café de France et également au café du Cours.

 

 

 


Et celle-ci qui résiste aux intempéries depuis 60 années au bout de la rue du 4 septembre ? (état actuel)



Même photo retouchée.


Ce "graffiti" est dû à un certain  Marius DURILI, conseiller municipal corse et hâbleur dans les années troubles de l'occupation en 1944-45 Félix Barthélémy dit Banban étant maire. C'est aussi un palimpseste ! Les allemands avaient peint en noir une marque de reconnaissance de leur découpage de zones : KN4A sur ce mur au bout de la rue du 4 septembre. Notre DURILI, en forme de vengeance, avait passé une couche de peinture rouge sur ce sigle, une peinture souvent utilisée sur la partie basse des murs de cuisine et avait ajouté un symbole fort à coté : la croix de Lorraine. La chimie, là aussi, a fait ressortir plusieurs années après, le sigle allemand que DURILI croyait avoir recouvert pour toujours.

Retour au sommaire   Retour à la page de garde du site

Une question? Un commentaire? : jfber.fuveau@wanadoo.fr