La rue Cachichi

Retour au sommaire

Retour à "Pourquoi ma rue?"

 C'est l'histoire d'un homme qui n'a passé que quatre ans à Fuveau dans l'entre-deux-guerres mais qui nous a offert la plus croustillante des histoires de rue du village. Boulangers depuis trois siècles de père en fils, soit aux Milles, soit à Velaux, les SILVESTRE étaient affublés depuis plusieurs générations du sobriquet de CACHICHI et ce depuis si longtemps qu'eux-mêmes ne savaient plus pourquoi. Léon SILVESTRE né à Velaux en 1888 poursuivit naturellement la tradition familiale. La première guerre lui laissa une infirmité au bras, par suite il exerça au Pont-des-Trois-Sautets dans des conditions difficiles puisqu'il pétrissait à la main. Début 1925, l'occasion lui fut donnée de prendre en gérance la boulangerie Négrel de Fuveau que son propriétaire laissait pour raison de santé mais qui était équipée d'un pétrin mécanique. Quel travailleur forcené ! Il livrait dans la journée jusqu'à Salonique, un quartier de Gréasque, ne trouvant le temps de dormir que sur le trajet du retour que son âne connaissait parfaitement. A cette époque, les boulangers de Fuveau ne fabriquaient que le pain marseillais en pâte dure, le pain d'Aix, une pâte molle d'un demi kilo, et le pain parisien à forme cylindrique. Lui, avait le sens commercial et fut le premier à introduire au village le "pain de luxe" qui n'est rien moins que notre flûte actuelle. Mettant à profit son original surnom, il baptisa son établissement  qui se trouvait à gauche de l'actuelle Caisse d'épargne : "Boulangerie Cachichi". La traverse pentue qui à cet endroit forme angle avec la rue de la République n'avait pas de nom bien défini à l'époque, fort peu utilisée qu'elle était puisque régulièrement encombrée de fagots, les faïssines, que les jeunes fuvelains ramassaient à l'époque pour les boulangers du village et même pour ceux d'Aubagne et Marseille. Certains l'appelaient la traverse NÉGREL du nom du propriétaire de la partie droite de ladite rue. Un jour que Léon SILVESTRE repeignait sa devanture, il eut tout simplement l'idée de peindre aussi au coin de sa maison "RUE CACHICHI" et depuis le nom est resté sans qu'aucune délibération municipale ne soit venue entériner cette décision unilatérale. En 1928, il a quitté Fuveau pour se retirer à Aix où il est mort en 1967. La rue demeure.   
Au fait, savait-il que le cachichi est un instrument de musique brésilien ?

Cachichi réparé.jpg (180125 octets)

Léon SILVESTRE dit Cachichi.

Ne quittez pas la rue sans avoir observé ceci ! Cliquez