La bague à boghei

Retour au sommaire

 

Photo centenaire et à notre connaissance unique de la bague à boghei.

 Au temps où la fête votive à Fuveau avait encore un sens, outre les classiques bals et concours de boules, les animations consistaient en de nombreux jeux dont la bague à boghei. Les participants juchés sur une charrette, élevée au rang de boghei pour l'occasion, se passaient à tour de rôle une longue perche et devaient retourner un pot de peinture accroché à une barre en travers du cours Leydet. Ce jeu très populaire attirait une vraie foule et les primes offertes aux plus adroits mais aussi aux plus sales, aux mieux déguisés ou autre, tombaient à gogo. Au début des années 60, cette jolie tradition qui a dégénéré en une bataille de seaux d'eau a dû être supprimée. On l'appelait également le "pouaire" ce qui veut tout simplement dire "seau" en provençal et plus précisément le seau qui va chercher l'eau au fond du puits. La Bague à Boghei se pratique encore pour la fête de Cuges-les-Pins et de Lascours, hameau de Roquevaire, sous des formes très épurées mais pour combien de temps encore ?
Ce jeu est également attesté plus anciennement à La Ciotat, Château-Gombert et   quelques autres lieux de la périphérie marseillaise. Depuis 2002, un nouveau comité des fêtes a remis la Bague à Boghei au goût du jour en utilisant un camion en remplacement de la charrette. 

La photo ci-dessous est également unique, elle est de 1948 et c'est "Poupou"  Cernoïa qui est à la perche.

Cliquez pour voir la page de photos récentes, quelle ambiance !
NB : Le seau (pouaïre) actuellement utilisé pour ce jeu est propriété d'Elian Barthélémy, fils d'André, maçon et bricoleur émérite qui l'avait lui-même fabriqué.

Et voici une anecdote "corollaire". Savez-vous qu'un fuvelain a failli être décapité à cause de la bague à boghei ? Dans les années 50, Valentin, un transporteur de la Barque aimait mener ses amis à la plage de La Capte en été. Pour ce faire il laissait monter dans la benne de son camion tous ceux qui le voulaient ce qui n'avait rien de répréhensible en cet heureux temps. En traversant La Ciotat, lorsque un "passager" a dit "On voit la mer", le petit Jacky s'est levé le plus haut possible sur la "tinteino" du camion, lorsque sa tête a effleuré un seau pendu en travers de la route. Il y a laissé quelques cheveux et une grosse frayeur rétrospective : il venait de toucher un "pouaire", un seau de bague à boghei. Ce "petit", c'est Jacky Casucci, fils de la dernière garde-barrière du village, celle qui durant des lustres a donné le passage aux trains de la feue ligne La Barque - Valdonne au niveau du Jas de Bassas.